Ancien rail de voie ferrée

En 1910 une ligne de chemin de fer économique reliant Angoulême à Matha fut construite. Elle traversait la commune du nord au sud avec une gare à Neuillac. Ce train nommé « Petit Rouillat », fut critiqué pour sa lenteur et ses arrêts intempestifs; bien souvent des voyageurs devaient descendre pour alléger le convoi ou pousser pour franchir les rampes! Le trajet Asnières-Angoulême durait plus de deux heures et demi! Au début du XIXe siècle, le service de messageries connaît une période de prospérité que beaucoup de gens voient évoluer. Vers 1850, une diligence part tous les jours d’Angoulême vers Bordeaux.

Des relais se trouvent sur la route à chaque ville dont un à Barbezieux. Il y avait 6 places à l’intérieur de la diligence et 2 dans le cabriolet, c’est à dire tout à fait à l’avant sous une capote. A Asnières sur Nouère, en 1885, le Conseil Municipal se réunit et approuve les conclusions des ingénieurs de la Compagnie Conceptionnaire dans le choix du tracé de la ligne Angoulême-Rouillac et l’implantation d’une gare à Neuillac.

De nos jours, la gare d’Asnières Neuillac, rachetée, est devenue maison d’habitation de la fille d’un couple employé de la Compagnie des Chemins de Fer Départementaux. Lui qui avait servi durant son existence, à acheminer pacifiquement tous les gens de notre région, va recevoir comme un coup de grâce qu’il ne méritait pas;Le 8 juin 1944, c’est à dire deux jours après le débarquement allié en Normadie, la France est survolée de toutes part par des avions Anglais ou Américains, qui ont pour mission de détruire tous les mouvements terrestres, pouvant amener des renforts Allemands sur le front. Cette fornmation découvrant ce petit train en marche, trois appareils font un virage à gauche, prennent la voie ferrée en enfilade, vont à sa rencontre et le mitraille en piqué, tuant à leurs postes de travail, le mécanicien et le chauffeur et crevant la locomotive de part en part, qui va s’arrêter à quelques centaines de mètres de St Cybardeaux.

Les trois avions, après leur mitraillage vont reprendre de la hauteur et piquer vers le nord rejoindre leur formation, alors que le Petit Rouillat agonise sur ses rails, sa chaudière crachant de la vapeur de tous les côtés, et son chauffeur et son mécanicien foudroyés dans leur machine qui seront malheureusement victimes de cet incident.

Confronté à la concurrence implacable de l’automobile, il sera désaffecté et cessera son trafic le 31 décembre 1950.